Actualité

Les émules de Takamba…

Réagir
  • Imprimer Email Facebook
  • Publié le 18 avril 2014

Le travail de rééditions d’œuvres patrimoniales initié depuis la création du PRMA avec le label Takamba n’en finit plus de susciter des retombées en inspirant bon nombre de musiciens d’ici ou d’ailleurs. Plusieurs actualités confirment que le lien entre musiques patrimoniales et actuelles est de plus en plus ténu et que les œuvres du passé influencent encore souvent celles d’aujourd’hui et de demain. Alain Peters reste la principale source d’inspiration mais on constate aussi que le séga le Luc Donat a pu séduire une chanteuse américaine et une violoncelliste brésilienne…

Bernard Lavilliers reprends Alain Peters

Dans son 20e album sorti en fin d’année dernière, « Baron samedi » Bernard Lavilliers reprend une chanson majeure d’Alain Peters, "Rest’là maloya" adaptée en français. Si les avis divergent sur cette libre interprétation, chacun se félicite de voir l’œuvre d’Alain Peters dépasser encore une fois les frontières de la Réunion et toucher de nouveaux publics. Alain Peters a sans aucun doute été précurseur de la « World Music », en mélangeant plusieurs types de musique : séga, maloya, jazz, rock, influences indiennes, africaines occidentales etc … Il est considéré comme l’un des plus grands auteurs et compositeurs de l’île. Bernard Lavilliers, chanteur boxeur devenu célèbre en France depuis les années 1970, incarne parfaitement l’image d’un chanteur compositeur libre-penseur. Au cours de ses nombreux voyages un peu partout dans le monde, d’où il ramène toujours des chansons (et parfois des musiciens), Bernard Lavilliers a été séduit par les titres du chanteur réunionnais et a décidé de reprendre une de ses chansons cultes « Rest’la Maloya ». C’est un voyageur, un reporter d’exception. Il est aussi l’un des premiers chanteurs français à faire de la « World music » avant que l’appellation se répande. L’artiste français interprète librement l’un de ses textes majeurs en français mis à part le refrain. Une interprétation propre à Bernard Lavilliers, grâce à une douce voix symbole de sensualité, et une orchestration d’une ambiance proche de la « saudade » capverdienne..

Peters inspire même le cinéma…

Autre retombée récente et inattendue de l’œuvre d’Alain Peters : un film long métrage sorti sur les écrans français le 2 avril utilise pour sa bande son de deux extraits musicaux d’Alain Peters tirées de l’album « Paraboler. » Il s’agit de musiques tirées de « Maya » et de Complainte pour mon défunt papa ». Quelques mesures sont même utilisées pour la bande-annonce de ce film policier de Samuel Rondière avec Patrick Chesnais, Rachid Youcef, Audrey Bastien. Espérons que ce film sera bientôt visible sur les écrans réunionnais.

« Sega Jacquot »repris par Rosemary Standley (Moriarty) et Dom la Nena

Une fois de plus, le label Takamba a permis d’inspirer une reprise d’une œuvre patrimoniale réunionnaise : le « Séga Jacquot. » de Luc Donat dont nous avions édité une anthologie en coffret triple album. La charismatique chanteuse de Moriarty, Rosemary Standley, était déjà tombée amoureuse de la musique réunionnaise en travaillant sur le maloya et les influences india-océaniques de Christine Salem. Une collaboration qui se poursuit depuis plusieurs années.

Rosemary Standley s’est échappée de Moriarty le temps de réaliser un album en duo avec la jeune et talentueuse violoncelliste et chanteuse brésilienne Dom la Nena. Leur album intitulé « Birds on a wire » (« les oiseaux sur un fil »), disponible depuis le 31 mars 2014, nous embarque d’un bout à l’autre du monde avec de sublimes reprises de tous les temps et avec pour seuls instruments, un violoncelle, deux voix et quelques percussions.

Parmi ces reprises, il y a « Séga Jacquot », chanson intemporelle de Luc Donat, interprétée par les deux chanteuses avec une légèreté et sobriété incroyable. Le titre a été mis en avant par bon nombre de programmateurs de radios dont ceux de France Inter.

Pour écouter la version de Moriarty et Dom la Nena :

vos réactions


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.