Figures Historiques

Simon Lagarrigue - Gramoun Dada

Réagir
  • Imprimer Email Facebook
  • Publié le 20 juillet 2009

La Troupe Résistance est un symbole pour nous tous et pour les générations futures. Fondée en 1959 par Simon Lagarrigue à une époque où la répression de la culture maloya commençait à faire rage, la troupe résistance a toujours porté des messages de justice sociale et de lutte des classes par son côté engagé avec les forces de Gauche et du PCR.

Simon que tout le monde appelle DADA est né en 1938 à St Pierre, il chante ses propres compositions ainsi que des airs hérités des anciens comme son illustre père le moringueur Henri Lagarrigue (1916-2002). Des thèmes composés sur la vie de tous les jours, l’amour perdu ou recherché, des chroniques d’évènements qui ont marqué son existence.

Musique de résistance

La Résistance fut l’une des premières troupes de maloya avec celle de Firmin Viry (qui est le mari de la sœur de Simon) à graver ses chansons dans les micros sillons des deux 33 Tours édités en 1976 par le PCR suite à son IVe congrès. C’était à l’époque des chansons à forte connotation politique : lutte pour l’autonomie l’égalité des droits et des traitements, une lutte pour la liberté d’expression dans la société ultraconservatrice de l’époque où seul le parti au pouvoir avait le droit à la parole et l’opposition était censurée et traquée.

Le maloya de Simon est resté fidèle à l’esprit des anciens, il garde les mêmes instruments qu’utilisait son père : roulèr, kavya, pikèr, triangle, bobre). À l’époque où le maloya était « interdit » à cause des idées politiques qui étaient véhiculées par ses chanteurs, Simon chantait chez lui ou dans les meetings du PCR avec sa troupe. Il se souvient qu’à une époque quand il s’agit d’aller jouer le maloya, il fallait être un malin pour traverser les différentes communes du pouvoir en place sans se faire attraper avec les instruments. Il fallait aussi être sur ses gardes afin d’éviter les broquettes sur la route et les gros bras du camp d’en face qui montait la garde aux endroits stratégiques.

En 1968 il fait même de la prison pour avoir manifesté contre le pouvoir en place à St Pierre au lieu dit « casernes »

Il a souvent chanté dans les fêtes du journal Témoignages dans les années 60-70. C’est là que se croise à l’époque toute la jeunesse révoltée de l’île en quête d’un renouveau. En 1978 la troupe enregistre deux 45 tours aux studios ISSA à St Denis pour le compte des éditions EDIROI. Sur le premier disque, Simon chante makwalé, sur la première face. Cette chanson est devenue depuis un des standards du maloya et reprise par de nombreux groupes locaux. Sur la face B, le jeune Daniel Hoareau qui ne s’appelait pas encore Danyèl WARO chante « la déport amwin » en duo avec Rolande Nayagom. Sur le second opus c’est Mamoza « Mamo » et Merry Viry qui chantent chacun leur tour, « mon rin la décloké » et « ti lavion i pass » Simon n’a jamais revendiqué le leadership dans la troupe comme chanteur principal, il a toujours laissé chacun s’exprimer en chanson. Cette manière de voir les choses lui vient certainement de son enfance où comme il aime à le raconter, il chantait en compagnie de ses frères et sœurs des airs appris des anciens, mais quelques fois, chacun improvisait un petit couplet et leur maloya était composé de manière collégiale.

Sur le maloya

À l’époque nos parents ne nous ont pas appris le maloya et le sens des mots. Ils n’avaient pas le temps, il fallait travailler dur pour nourrir sa famille. Si nous avons pu sauvegarder le maloya lontan c’est parce que nous avons écouté de loin puis nous avons reproduit ce que l’on entendait. Avant les adultes ne voulaient pas que l’on se mêle de leurs affaires. Quand il y avait un servis Malgache, in manzé sou la tab, nous écoutions religieusement les paroles des anciens, nous ne faisions que répondre aux chants sans comprendre. Quand on osait demander des explications, on n’avait qu’une réponse de la part des gramoun lontan. « Fo suiv la tradisyon, sak i di dan la kaz la pa bézwin sorti déor ». tout cela c’est secret, il faut garder cela pour la famille. Nos parents étaient tous illettrés, exploités par les gros propriétaires, non vraiment ils n’avaient pas le temps de prendre leur temps pour nous expliquer les réalités de la vie.

Avant à St Pierre, chaque arrondissement avait son « lékip maloya èk moringue », Basse Terre, la ligne Paradis, Mon Caprice, Bassin martin, Ravine des cabris… C’était dans la cour de ces anciennes habitations esclavagiste qu’il y avait le maloya et le moringue pas dans la rue ou sur un podium. "Avant on chantait le maloya pour s’amuser, pour accompagner les travaux des champs, d’ailleurs pour des gens comme nous, il n’y avait pas de distraction à l’époque." Pas de sono, pas d’instruments modernes, juste un vieux roulèr et un sati pour s’amuser. Il y avait deux styles de maloya que l’on chantait en dehors des services, le maloya l’ambiance, qui ressemble à un séga et le maloya foutan ou maloya kabaré qui consiste-en une joute oratoire entre les chanteurs présents lors de ces soirées maloya. Un autre maloya avait cours lui aussi mais uniquement dans les services malgaches et kaf makwalé. Toutes ces chansons la prière devant sin bé qui n’étaient pas chantés en public et qui malheureusement se perdent actuellement faute de passage aux nouvelles générations. On s’amusait comme ça ! les gens pauvres restaient de leur côté, ils n’avaient pas les moyens ni le droit de sortir de l’habitation.

Fin de la troupe Résistance

La troupe résistance cessera ses activités au milieu des années 80. Simon rejoindra plus tard la Troupe de Firmin VIRY dans laquelle joue son père Henri, ses frères Alain et Yvrin et ses sœurs Céline et Christiane.

En 1991 il participe à l’enregistrement d’une cassette audio de la troupe de Firmin Viry intitulée « cent ans bonèr » produit par les Studios Oasis. Simon enregistrera aussi quelques-unes de ses compositions sur les disques Ti Mardé produit par LABEL BLEU/INDIGO en 1998 et Le maloya produit par OCORA / RADIO France. Dans cette même période, il enregistre aussi pour l’incontournable compilation « BOURBON MALOYA » parue en 1999.

Il a fait plusieurs tournées avec la troupe de Firmin Viry en France. Il ne compte plus les scènes locales sur lesquelles il s’est produit depuis 1959. Avec l’âge Simon chante de moins en moins, il se consacre le plus souvent à sa nombreuse famille et à sa grande passion, les dominos.

Sur l’album produit par maloyallstars

Je ne cache pas ma fierté d’avoir réussit à enregistrer ce document sur l’œuvre de DADA Lagarrigue. Avoir réussit à graver sa voix sur son premier album solo, lui qui aura bientôt 70 ans. C’est avant tout un hommage à un grand maître du maloya, un homme simple, chaleureux, toujours souriant, un grand père comme tout le monde voudrait avoir. L’album s’articule autour d’enregistrement de terrain effectué le 14 juillet 2007 à la ligne des bambous où Simon était accompagné pour l’occasion de ses filles et de ses frères Yvrin et Alain.

Je tiens à les remercier de tout mon cœur pour leur participation à ce projet qui voit le jour après un peu plus de 5 ans de travail, de rencontres et de discussions très instructives sur le maloya, son histoire et son évolution. En cette année du cent soixantième anniversaire de l’abolition de l’esclavage, Simon Lagarrigue et la troupe Résistance font un merveilleux cadeau au peuple du maloya.

Stéphane Grondin, extrait du livret de "Simon Lagarrigue et la troupe résistance", Maloyallstars Production

vos réactions


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.