Fiches

Intervenir en milieu scolaire

Réagir
  • Imprimer Email Facebook
  • Publié le 14 janvier 2010

Cette fiche fait suite aux rencontres « Muzikozman » organisées au PRMA et au Bato Fou sur les interventions des musiciens en milieu scolaire dans le cadre de dispositifs financés par le Rectorat via la D.A.A.C. (Délégation Académique à l’Education Artistique et à l’Action Culturelle). La Direction Régionale des Affaires Culturelles (D.R.A.C.) propose quant à elle d’autres mécanismes d’actions pour l’éducation artistique et culturelle.

- Les classes à P.A.C. et les ateliers artistiques

Depuis 2000, la DAAC, via Luc Souvet (Référent musique) et Serge Richard (porteur de projets de musiques actuelles), coordonne la mise en place et le financement de projets artistiques au sein d’établissements scolaires, de la maternelle à la terminale. Parmi les dispositifs existants, voici une présentation des classes à P.A.C. et des ateliers artistiques.

Les dispositifs :

  • Classes à P.A.C. (Pratique Artistique et Culturelle)

La classe à P.A.C. concerne l’ensemble des élèves d’une même classe et se réalise pendant le temps scolaire. Elle « vise l’articulation des savoirs et l’interdisciplinarité : l’intérêt est donc de travailler à plusieurs enseignants sur une même thématique », explique le Rectorat. Par exemple, un enseignant d’école primaire, avec l’apprentissage d’une chanson, pourra se servir de l’étude des paroles pour l’acquisition de vocabulaire ou la maîtrise de structures grammaticales (français), des cours sur une période de l’histoire ou un pays du monde (histoire et géographie), utiliser la pratique vocale (musique) ou encore un travail de mise en image avec des dessins, de la peinture, de la mosaïque (arts plastiques).
La classe à P.A.C. nécessite un travail d’équipe entre plusieurs enseignants, même si un seul d’entre eux sera porteur du projet. Les structures culturelles (musées, lieux de diffusion et autre) peuvent être aussi sollicitées. Le projet aboutit à une « petite production artistique des élèves », mais jamais à la réalisation d’un spectacle de fin d’année.

Volume horaire : 30 heures dans l’année, dont 8 à 15 heures d’intervention d’un artiste.
Les montants : environ 600 euros par projet dans un collège (la moitié est financée par l’Education Nationale, l’autre moitié par le Conseil Général). La somme versée sert à payer l’intervenant artistique, le matériel et les déplacements des élèves.

  • Ateliers Artistiques

Ils concernent à la fois les collèges et les lycées (d’enseignement général ou professionnel). Les Ateliers artistiques sont axés sur la pratique artistique, c’est-à-dire qu’ils doivent permettre aux élèves de se retrouver en situation de jeu (chant, pratique d’un instrument de musique…) ou de création. Les ateliers artistiques sont mis en place hors temps scolaire pour des élèves volontaires qui peuvent être de classes différentes.

Volume horaire : 72 heures
Les montants : environ 1000 à 1500 euros par projet

Quels objectifs ?

Pour défendre un projet artistique dans un établissement scolaire, la simple envie de l’artiste de « jouer pour ou avec les enfants » ne suffit pas. Au projet doivent correspondre des visées pédagogiques, mais aussi un objectif de sensibilisation des scolaires au monde artistique dans toute sa diversité. D’une façon générale, on attendra du projet qu’il :

  • favorise la rencontre entre les élèves et l’oeuvre artistique ;
  • permette la fréquentation de lieux culturels ;
  • encourage la pratique artistique des élèves.
    Enfin, la qualité de l’intervention artistique est primordiale dans ces projets.

Déclaration et rémunération

Pour les collèges et lycées, les sommes attribuées par l’Education Nationale pour les classes à PAC et Ateliers artistiques sont versées à l’établissement en début d’année scolaire. Une fois l’action terminée, l’intendance de l’établissement demande un « certificat de service fait » à l’enseignant porteur du projet attestant que l’artiste est réellement intervenu, une convention (établie au préalable entre l’artiste et l’établissement) et une facture.
Pour les écoles primaires, les factures sont réglées par l’association support de la politique académique (le C.A.E.P.).
L’artiste peut être rémunéré soit par le biais d’une association, soit de façon directe en tant qu’intermittent du spectacle ou en tant qu’artiste indépendant s’il possède un numéro de SIRET.

Les démarches

  • C’est une équipe d’enseignants qui initie un projet ; l’artiste ne peut donc pas être porteur du projet, même s’il doit y être associé dès sa conception. Il peut par ailleurs proposer aux enseignants un projet.
  • Les musiciens souhaitant intervenir en milieu scolaire doivent en outre rencontrer le coordinateur du Rectorat (Luc Souvet) et la conseillère de la DRAC (Guilène Tacoun). Cette rencontre qui aboutit à un « agrément » permettra en fait de leur expliquer le fonctionnement des dispositifs et de faire plus ample connaissance. La liste des musiciens « conventionnés » (disponible sur le site de la DAAC) est « non exhaustive et non restrictive », précise Luc Souvet.
  • En avril de chaque année, le Rectorat lance un appel à projet aux établissements de l’île pour l’année scolaire suivante. Les enseignants peuvent alors remplir une demande de financement, que ce soit pour une classe à PAC ou un Atelier Artistique. Les dossiers sont à déposer dans un délai d’un mois. Les artistes souhaitant intervenir ont donc tout intérêt à proposer leurs services aux établissements scolaires pour concevoir ces projets avec les enseignants.

Contacts : DAAC Luc Souvet – tél : 02 62 48 12 04 - fax : 02 62 48 12 05
email : luc.souvet@ac-reunion.fr
le site de la DAAC

- Résidences d’artistes et « Ecole du spectateur » : le volet « intervention artistique » de la DRAC

La DRAC a mis en place des dispositifs d’intervention pour les musiciens qui visent à ouvrir les espaces de créations au public notamment dans le milieu scolaire. Ces dispositifs mettent en oeuvre trois démarches fondamentales de l’éducation artistique et culturelle : la rencontre avec une oeuvre par la découverte d’un processus de création, la pratique artistique et la pratique culturelle à travers la mise en relation avec les différents champs du savoir, et la construction d’un jugement esthétique.

Premier dispositif : La résidence d’artiste « à dimension éducative et pédagogique » La résidence s’organise autour d’une création sur un territoire pendant une durée de plusieurs semaines. Elle vise à instaurer une dynamique nouvelle qui prenne en compte les caractéristiques propres à chaque territoire en termes d’enjeux pédagogiques artistiques et culturels.

Critères d’éligibilité
La résidence est le point de convergence de plusieurs projets :

  • le projet de création d’un artiste ou d’une équipe artistique.
  • le projet éducatif d’une structure culturelle : école de musique, salle de concerts…
  • le volet artistique et culturel du projet d’école ou d’établissement.
  • le projet de développement culturel d’une collectivité territoriale.

L’artiste ou l’équipe artistique doivent avoir reçu un agrément DRAC pour faire leur demande de subvention. Cette dernière peut être attribuée par la DRAC et par les partenaires associés à la résidence.

Deuxième dispositif : Le volet « Education artistique » des structures culturelles : l’Ecole du spectateur

Dans le cadre de la programmation des structures culturelles, il s’agit de construire un parcours « Ecole du spectateur » sur l’année pouvant concerner différents domaines (théâtre, musique, arts du cirque, photographie danse …). Cela peut prendre la forme de rencontres élèves / artistes , d’ateliers de pratique, de retour par les élèves à l’artiste sous des formes variées (par la voix, le corps, l’écriture, petite forme …), de rencontres -débat …

Contacts :
DRAC Brigitte Harguindeguy - Conseillère pour l’éducation artistique et culturelle- tél : 02 62 21 94 47 - email : brigitte.harguindeguy@culture.gouv.fr
Guilène Tacoun - Conseillère musique et danse – email : guilene.tacoun@culture.gouv.fr le site de la DRAC

- Pour aller plus loin :

La fiche pratique « Les rouages de l’éducation artistique et culturelle » du magazine La Scène (N° 52 / Printemps 2009).
Liens : le portail interministériel d’information pour l’éducation artistique et culturelle.

Prisca Cerneaux (Bato Fou) , Matthieu Meyer

vos réactions


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.